Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Des limaces aux milles couleurs sous l’eau

Des limaces de mer aux couleurs incroyables peuplent l’eau de notre littoral

Des limaces aux milles couleurs sous l’eau

Vous avez en tête les limaces qui viennent dévorer lentement mais sûrement vos salades. Ou encore celles qui traversent avec aussi peu de fougue le sentier dans la forêt.

Elles amusent les enfants mais leur teinte monochrome n’étonne personne. Alors vous n’avez pas encore admiré les limaces de mer situées à quelques mètres de nos plages atlantiques.

Ces mollusques gastéropodes, cousins des escargots et des limaces terrestres, rivalisent de couleurs. Il serait bien compliqué de dénombrer toutes les teintes dont elles savent user.

Dans le monde, elles sont 3000 espèces et on les situe souvent dans les récifs coralliens tropicaux mais sur notre littoral, elles sont plus d’une centaine.

Elles affectionnent particulièrement le bassin d’Arcachon, véritable mer intérieure, propice à ces petites bébêtes.

Malgré leurs couleurs, pour les dénicher, il faut avoir l’oeil d’un observateur. Il faut dire que ces mollusques ne font la plupart du temps que deux centimètres. 

La plus grande est Aplysia punctata, autrement appelé lièvre de mer pour ses 20 centimètres et son habitude d’herbivore qui dévore toutes les algues qu’il trouve sur son chemin.

Mais la plupart de ces nudibranches (branchies nues) sont carnivores. Elles raffolent des éponges et des anémones ou de tout autre petit animal qu’elles découpent avec leur radula, sorte de langue râpeuse constituée de micro-dents. Encore plus lentes que leur voisine terrestre, elles demeurent sur quelques mètres carrés qu’elles explorent pour se nourrir et se reproduire.

Pour les plongeurs, c’est un spectacle recherché qu’ils ne manquent à aucune sortie.

Certains se sont mêmes « attardés » à photographier les différentes espèces qui peuplent nos côtes. C’est le cas de Michel Barrabès et de Marina Poddubetskaia qui ont réalisé l’inventaire des espèces vivant dans le bassin d’Arcachon. Le résultat est tellement magnifique qu’il a donné lieu à une exposition « Drôles de bêtes » présentée en 2010 au Palais de la découverte.

Et chaque espèce de limace est unique bien au-delà de ses couleurs très singulières. La limace à bigoudis présente des … bigoudis quand la doris à tâches d’or ingère des substances toxiques pour les placer sur son corps et éloigner les prédateurs. Mieux, parmi cette espèce d’hermaphrodite, la Chromodoris reticulata fait tomber son pénis après la reproduction pour s’en laisser pousser un autre pour une prochaine copulation.

Vous ne mettrez plus les pieds dans l’eau, sur nos côtes, sans votre masque de plongée.

Alexandre Marsat

Voir son profil