Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Des étudiants bordelais interrogent la créativité artistique du chemin de Saint-Jacques

Œuvres d’art, mobilier, édifices monumentaux, … les étudiants du master 2 Régie des œuvres et médiation de l’architecture et du patrimoine, de l’Université Bordeaux-Montaigne, proposent une exposition sur le patrimoine jacquaire du 13 février au 3 mars 2017 à l'Espace Saint-Rémi de Bordeaux. L’occasion d’aborder l’histoire médiévale et contemporaine du pèlerinage de Saint-Jacques.

 

De nombreux musées participent à l'exposition en envoyant certains de leurs objets qui seront mis en évidence pendant un mois

Confronter les objets témoignant de la pratique médiévale du pèlerinage avec les objets d'un art plus contemporain du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, qui mélange sport, religion, tourisme, en questionnant le sujet de l'itinérance,... l’angle de l’exposition Voyages vers Compostelle est original. Une exposition présentée du 13 février au 3 mars 2017 à l'espace Saint-Rémi de Bordeaux par les étudiants en Master 2 de Régie des oeuvres et médiation de l’architecture et du patrimoine (Romap). Pour leur exposition, les musées ont prêté de nombreux objets aux étudiants appelés à devenir médiateurs du patrimoine ou régisseur des œuvres.

Tous ces étudiants constituent chaque année les effectifs de l'association Archimuse qui leur permet de mettre sur pied un projet patrimonial à l'échelle de la ville.

 

Inscriptions au patrimoine mondial de l'UNESCO

L'an dernier, c'était « L'université dévoile ses collections » et avant, ils avaient parlé Musée de la Création Franche ou encore d'Alexandre Lenoir. Cette année, c'est au patrimoine autour des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle à Bordeaux que la promotion à l’œuvre s'est attaquée : « Quand on faisait les visites de Bordeaux en cours, on a remarqué toutes les pastilles indiquant qu'il y avait un chemin de Saint-Jacques.
Il est connu du grand public mais son patrimoine est mal connu. Alors que Bordeaux était une étape importante sur le Chemin » souligne Fiona Perain, porte-parole d'Archimuse. Et ce même s'il ne reste plus grand chose pour témoigner de l'époque faste des pèlerinages, au Moyen-Age, mis à part les basiliques Saint-Seurin et Saint-Michel, ainsi que la cathédrale Saint-André, toutes inscrites avec les Chemins de Saint-Jacques en France au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Archimuse a lancé le travail dès les Journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2016 autour du thème choisi. Les 23 étudiants de la promotion ont notamment organisé des visites commentées des quartiers médiévaux selon des itinéraires jacquaires ainsi que des trois édifices religieux retenus. Visites mais aussi conférences, projections de films en rapport avec le thème ainsi qu'un concert de Unda Maris interprétant le « Livre vermeil de Montserrat » qui n'avait pas été joué à Bordeaux depuis dix ans et illustre avec ces chants de pèlerins « le patrimoine immatériel lié aux Chemins de Saint-Jacques. »

Et jusqu'au 21 mai 2017, les vitres du CIAP situé Place de la Bourse accueillent des photos du petit patrimoine jacquaire en Gironde, tous ces petits signes qui passent souvent inaperçus mais marquent la vocation d'un lieu. Fresques, vitraux ou croix qui sont autant de témoins discrets d'une histoire.

Et il est donc encore temps de leur emboîter le pas pour leurs deux derniers rendez-vous.