Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Délit de faciès caractérisé pour des scientifiques…

« Elle a une tête à s’appeler Gertrude. Et lui Kevin… » La pertinence des discussions de coin de terrasses vient d’être confirmée par une étude scientifique !

Délit de faciès caractérisé pour des scientifiques…

Et ce n’est pas un fake, l’étude a été publiée dans Journal of Personality and Social Psychology et titrée sobrement : « Nous ressemblons à nos prénoms : la manifestation des stéréotypes des prénoms sur l’apparence du visage ».

 

L’équipe de chercheurs israéliens a enquêté sur les prénoms aussi bien en Israël qu’en France.

C’est sûr qu’entre Marie-Charlotte et Marie-Brenda ; Charles-Edouard ou Charly, on peut facilement déceler quelques distinctions d’origine sociale…

Pourtant, les chercheurs révèlent qu’au simple visionnage de photo de portraits, on peut associer un prénom. Comment ont-ils procédé ? A chaque portrait présenté à leur groupe de cobayes, ils demandaient de choisir le « bon » prénom parmi une liste. Si le choix par hasard permet d’avoir 20% de bonne réponse, l’examen des visages donne 40% de résultats positifs.

Il n’en fallait pas plus aux chercheurs pour indiquer qu’on a la tête de notre prénom. Ils expliquent dans le journal israélien Time of Israel : « Notre étude démontre qu’en effet, les gens ressemblent à leur prénom. De plus, nous suggérons que cela se produit en raison d’un processus de prophétie auto-réalisatrice, puisque nous devenons ce que les autres attendent que nous devenions. »

 

Le Figaro qui a traité cette question dans sa rubrique santé… complète :

« Si vous vous appelez Alexis, vous vivrez comme un Alexis. Et une Barbara ne se coiffera sans doute pas de la même façon qu’une Constance. Selon les auteurs, cela montrerait que chacun se «conforme» inconsciemment à ce que la société attend de lui en fonction de son prénom : son style de vie affecte son apparence, dont certains aspects peuvent en outre être modifiés à sa convenance, comme la coiffure. »

A condition de connaître la différence de coupes entre une Barbara et une Constance…

 

Un constat tout de même assez flippant qui ressemble aux études réalisées sur les jeunes enfants et l’école. Les enfants mignons attirent plus l’attention et la bienveillance des enseignant-e-s et deviennent alors plus doués et ont plus confiance en eux.

Une bien belle société !

Les chercheurs expliquent d’ailleurs : « Nous sommes soumis à la structuration sociale dès la minute où nous naissons, non seulement par notre genre, nos origines ethniques et notre statut économique, mais aussi par le simple choix que d’autres font en nous nommant ».

On pourra toujours lutter contre les délits de faciès… Et si on laissait les préjugés de côté ?

 

Photo credit : Excessialcalligraphie Calligraphie-marque-places-mariage-calligraphie-anglaise-marque-places-mariage-calligraphie-marque-places-cartons-de-table-02 via photopin (license)