Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Darwin, fer de lance d'un nouveau modèle économique et social à Bordeaux

Sur la rive droite de la Garonne, Darwin construit un nouvel écosystème, mêlant harmonieusement économie et écologie, mais aussi social. Le lieu qui accueille entreprises, associations, restaurant bio, épicerie bio... va créer des logements d'urgence et un campus pour une "ville plus inclusive"

En 2008, Philippe Barre et Jean-Marc Gancille, les deux principaux porteurs du projetDarwin à Bordeaux passaient pour des utopistes. Aujourd'hui, leur projet de réaliser un grand pôle d'activités éco-responsables sur une friche d'une ancienne caserne militaire et de faire « collaborer » entre eux des entrepreneurs est devenu une réalité. Actuellement, Darwin rassemble 190 sociétés sur 5 500 m², employant 500 personnes, ainsi qu'une pépinière dédiée aux métiers du développement durable. « C'est le premier coworking de France », met en avant Philippe Barre. Pour y parvenir, il a su convaincre des partenaires financiers (Crédit Agricole…) privés, à 95 %. Une autre performance.

Des bureaux économes en énergie

Ici, chaque entrepreneur doit avoir la fibre écologique et faire des efforts pour consommer moins d'énergie. « Nous avons créé un système, à cet effet, qui leur indique en temps réel sur leur ordinateur leurs différents postes de consommation d'énergie et des conseils leur sont donnés chaque jour, via le logiciel, pour consommer moins d'énergie », explique Jean-Marc Gancille. Résultat, un Darwinien émet cinq fois moins de gaz à effet de serre qu'un salarié tertiaire classique. Par ailleurs, à Darwin, 100 % de l'électricité est verte. Elle provient d'Enercoop. Autre particularité remarquable, ici, 80% des déchets sont recyclés.

Consommer local : épicerie et restaurant bio

Dans la même logique, Darwin promeut le « manger bio et local ». A cet effet, il y a l'épicerie bio, qui propose une large gamme de produits alimentaires, cosmétiques et d’entretien. De la classique baguette de pain aux huiles essentielles en passant par le fromage à la coupe. Juste à côté, dans une ambiance « rétro », le restaurant sert des plats bio, à des tarifs sensiblement similaires à ceux des restaurants traditionnels. Le lieu attire tellement aujourd'hui, que plusieurs générations s'y mêlent. "Nous avons le plus grand restaurant bio de France avec plus de 15 000 couverts par mois", précise Philippe Barre. Au total, plus de 500 000 personnes y sont passées en 2015.

Lieu ressource pour les associations & logements d'urgence

Autre spécificité, la dimension sociale du lieu. Darwin accueille également vingt associations, représentant ensemble 5 000 adhérents. En outre,une quinzaine de logements d'urgence, des bungalows, ont été créés sur place en partenariat avec Emmaüset le CCAS (Centre communal d'action sociale) de Bordeaux.

Un campus de 1.500 étudiants

Darwin s'apprête à franchir une nouvelle étape dans cette mixité. Philippe Barre vient de déposer le permis de construire pour transformer les magasins généraux sud de l'ancienne caserne Niel. Sur ce vaste espace de 10 800 m², un campus de 1 500 étudiants en numérique, art et marketing va s'installer. Il y aura là aussi du co-working, mais également une auberge, des lieux réservés aux musiciens.

L'objectif est de construire une autre ville, "plus inclusive". "Nous revendiquons une approche globale où contenant et contenu dialoguent, où la performance énergétique de l’enveloppe importe autant à nos yeux que la sobriété de usages qu’elle permet, où la mixité des activités réunies sur le site sera le gage de collaborations étendues, transversales et inédites", insiste Philippe Barre, pour décrire la "philosophie" de Darwin. Une doctrine, qui peut se résumer en une phrase de leur inspirateur, Charles Darwin :« les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux au changement ».