Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Baisse de la vaccination et… épidémie de rougeole en Italie

Les médecins vont se taper la tête contre les murs avec la dernière étude concernant l’Italie sur la vaccination. 

Baisse de la vaccination et… épidémie de rougeole en Italie

Depuis le début de cette année 2017, l’Italie voit sa couverture vaccinale contre la rougeole baisser de manière visible. Très visible même puisque les conséquences ne se sont pas faites attendre. Et pas besoin de patienter plusieurs mois pour agréger des statistiques. 

C’est une publication le journal européen d'épidémiologie Eurosurveillance qui tire la sonnette d’alarme. Sur les huit premiers mois de l’année, plus de 4000 cas de rougeole ont été relevé. 
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 98% des personnes atteintes par la rougeole n’ont pas été vaccinées. En Italie, la couverture vaccinale est de 85% alors que l’OMS préconise un taux de 95% pour que cela soit efficace.

Vous croyez que l’on fait mieux en France ? Nous ne sommes pas vraiment les premiers de la classe comme l’explique Science et Avenir : « Le même schéma a pu être observé en France lors de la flambée épidémique de 2010-2012 où la couverture vaccinale était descendue à 61% de la population. Depuis, elle n'a cessé de croître dans l'Hexagone pour atteindre un taux - toujours insuffisant - de 78,8% en 2015. »

Ces cas de malade se développent dans des « poches » de populations non vaccinées. Bref, auparavant, les vaccinés pouvaient protéger ici ou là les autres. Merci pour leur esprit de solidarité… Mais quand la population de non vaccinés augmente, les risques se démultiplient d’autant.
Car derrière tous ces chiffres, il y a des victimes : trois enfants (non-vaccinés) sont décédés depuis le début de l’année en Italie.
C’est pourquoi OMS et médecins européens rappellent l’importance d’atteindre a minima le taux de vaccination de 95%.