Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Le régime végétarien modifie l’ADN et représente un risque pour la santé (?)

Vous aimez la bonne bidoche matin, midi et soir ? Vous enragez de voir la mode vegan s’imposer partout ?

Vous aimez la bonne bidoche matin, midi et soir ? Vous enragez de voir la mode vegan s’imposer partout ?

Alors vous pouvez partagez, repartagez, tweeter, retweeter cette étude américaine qui explique qu’un régime végétarien sur plusieurs génération peut modifier l’ADN. Rien que ça.
Vous l’avez votre argument ! Les scientifiques de l’Université Cornell de l’état de New York ont décelé une variante d’un gène chez ces populations. Une mutation qui endommage un gène responsable de la synthèse d’acide gras. La conséquence semble d’abord positive comme le relève Sciences et Avenir : « l'organisme métabolise mieux les oméga 3 et les oméga 6, qui contribuent au développement du cerveau et qui ont des propriétés anti-inflammatoires ». Mais cette mutation de gène engendre trop de production d’oméga 6 connu sous le nom d’acide arachidonique.
Un acide responsable de maladies inflammatoires qui peuvent concernées non seulement le système digestif mais aussi les articulations ou le système nerveux et tout le système immunitaire. Ce sombre tableau ne s’arrête pas là. L’acide arachidonique augmente le risque de cancer du côlon et de maladies cardiovasculaires.

Voilà comment cette étude publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution peut mettre fin aux régimes végétariens en un seul argument. Sauf que…
Sauf que beaucoup de titres de presse n’ont retenu que cette information sur la dangerosité du régime végétarien par modification de l’ADN.
Les Décodeurs du Monde.fr s’attaquant à la manière dont de nombreux journaux ont titré et traité cette information, titrent leur article décryptage : « Non, le régime végétarien ne favorise pas les cancers »

Ils expliquent : « Ces titres sont en fait au mieux imprécis, au pire erronés, comme l’a relevé Vice. “ Au début, on était contents que nos recherches suscitent un tel intérêt, raconte au site Kaixiong Ye, l’un des auteurs de l’étude. Mais ces derniers jours, je me suis aperçu que la plupart des articles concernant notre étude étaient faux. C’est assez frustrant. " »

Et les scientifiques démontrent aussi que les populations qui ont adopté un régime végétarien depuis plusieurs générations doivent continuer leur régime.
Ou comment un argument contre les régimes végétariens se retourne en leur faveur. A moins que ce ne soit l’inverse…

 

Crédit photo