Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Les spermatozoïdes de souris plus gros que ceux des éléphants… Et donc ?

Cette semaine, une étude flirte avec les IG Nobels. Ce prix remis à des recherches aussi loufoques qu’inutiles. Les scientifiques pouvaient imaginer que des spermatozoïdes de très grands mammifères étaient bien plus gros que ceux des plus petits mammifères. Oui… et pourquoi pas voir des sabots, des trompes et des bras aux spermatozoïdes ?

Deux chercheurs suédois de l'université de Stockholm, Stefan Lüpold et John Fitzpatrick, ont passé à la loupe (c’est le cas de le dire) les spermatozoïdes d’une centaine de mammifères.
Publiée dans une revue de la Royal Society (Proceedings B), l’étude montre que les spermatozoïdes peuvent être plus gros chez les petits mammifères. En revanche, ces derniers sont plus économes en production quand les plus grands n’hésitent pas à en produire en masse beaucoup plus importante.
Finalement, imaginez un instant qu’une souris produise autant de sperme qu’un éléphant. Cela doit bien équivaloir à son poids total… Cela ne vous avez même pas traversé l’esprit. Vous pouvez compter sur les scientifiques...
Avec la poésie qu’on leur connaît, les chercheurs n’hésitent pas à expliquer que les spermatozoïdes pourraient se perdre dans les nimbes d'un appareil reproductif féminin bien trop grand pour eux. D’où une grande production chez les plus grands mammifères.
A l’inverse, « chez les animaux petits, le risque de perte ou de dilution est beaucoup plus faible. Du coup, c'est la longueur du spermatozoïde, par exemple si ceux-ci peuvent nager plus rapidement, qui prend l'avantage » indiquent les chercheurs.

Bref, gros, long, petit, fin, … ce n’est pas la taille qui compte mais plutôt le sens de l’orientation et l’endurance !

 

Crédits photo : Alessandro Desantis