Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Une voiture collaborative à la mode wikipédia

Les constructeurs automobiles n’ont plus l’apanage de la conception. En Aquitaine, une vingtaine de partenaires ont collaboré pour créer une voiture « open source », livrable en kit et dont les plans sont libres d’utilisation, présentée pendant l'ITS World Congress, qui débute ce lundi 5 octobre 2015 à Bordeaux,. Et si la voiture de demain était collaborative…
 

Ils sont partis d’un kart électrique à deux places, simple châssis tubulaire au plan « open source » conçue par une start-up italienne et se sont lancé un défi : le transformer en quelques mois en un véhicule de mobilité urbaine, carrossé, connecté et plus performant. Eux, ce sont les forces vives du pôle Aquinetic, l’instance régionale créée en 2009 pour soutenir et propulser les projets en logiciel et technologies libres. En moins d’un an, ils ont convaincu pas moins de 17 entreprises et 7 universités aquitaines de mettre leur grain de compétences dans les rouages de cette voiture électrique «collaborative» dénommée « Ampool ».

 

4 heures pour assembler la carrosserie

 

A la carrosserie, on trouve la société girondine Gazelle Tech qui a réussi à concevoir une carcasse de 10 pièces structurelles, que deux personnes peuvent assembler en 4 heures. Un petit exploit lorsqu’on sait que les carrosseries classiques sont constituées de 150 à 200 pièces.
Une autre innovation réside dans l’utilisation, à la place de l’acier, de matériaux composites, microstructures en fibre de verre qui permettent à Ampool d’absorber les chocs sur l’ensemble de la carrosserie. De même, le châssis en matériaux composites rend au final Ampool deux fois plus légère qu’une citadine classique. Résultat : elle consommerait 20 % de moins d’énergie électrique.   

 

Des capteurs de données

 

La société Previmeteo (47), elle, l’a dotée d’un cerveau. En l’équipant de capteurs, « open source » bien sûr, Ampool se révèle connectée et capable de recueillir des données en temps réel sur le trafic et les meilleurs axes de circulation à choisir pour réduire sa consommation, sur la pollution, l’état des routes…On doit les sièges et banquettes à l’école de Couture de Bordeaux, le prototypage à Canoe, centre technologique aquitain des matériaux avancés et composites de Pessac, le design à l’Ecole supérieure de design des Landes, le cycle de vie et de recyclage d’Ampool à Aiga Design et Dorian Caussade designer…etc. (1). Présentée à l’ITS World congress, le congrès mondial dédié aux transports intelligents de Bordeaux, Ampool est bel et bien une aventure collective.

 

« Notre département R&D, c’est le monde entier »

 

« Sa particularité est en effet qu’elle est en open source et évolutive, chacun peut y apporter des innovations. Notre département R&D, c’est le monde entier », indique François Pellegrini, président d’Aquinetic. Avec l’objectif, en maîtrisant mieux les technologies, d’atteindre des prix très accessibles et d’ « industrialiser» rapidement Ampool. Ainsi, un concept de garages collaboratifs du futur est à l’œuvre, lieux physiques où l’on trouverait les pièces d’Ampool, de l’aide pour les assembler, des possibilités de personnalisation ou de fabrication de certaines pièces sur imprimante 3D…Selon François Pelligrini, « on quitte un système d’usine classique d’automobiles pour la masse, en offrant la possibilité d’avoir un écosystème décentralisé et eco-responsable » . 

 

(1) Soutien financier du Conseil régional d’Aquitaine, Marsan Agglomération, ADEME.