Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Pourquoi les grenouilles coassent-elles ?

Le pigeon roucoule, alors la grenouille coasse ! Eh oui, c’est pour la même raison. En pleine saison de reproduction, il faut bien que le mâle se distingue pour être repéré par les femelles. Et au passage informer les autres mâles que le meilleur choix est de dégager le terrain. À chacun son organe.

Si certains bombent le torse et d’autres se mesurent, la grenouille, elle (ou plutôt lui) coasse le plus fort possible quand un rival est dans la basse-cour. Pardon dans le marais.  Car la femelle grenouille fait fi de la couleur luisante ou de la largeur des cuisses. Il lui faut du son – et du bon – pour faire son choix. Les mâles ne regardent pas à la dépense d’énergie car la grenouille femelle pleine d’œufs prêts à être fécondés s’approche des zones humides où les mâles font jouer leur gorge. Souhaitant les meilleurs gènes pour sa  future progéniture, elle se guide à l’oreille.

Elle préfère les voix non seulement graves mais aussi soutenues. La preuve de la bonne santé du mâle est la garantie de l’endurance dans l’effort à venir. Pas étonnant qu’on entende les coassements de manière discontinue toute la nuit. En réalité, il n’y a pas que les grenouilles qui coassent. Les trois types d’anoures communiquent ainsi : le crapaud, la rainette et la grenouille évidemment. Eh oui, le crapaud n’est pas le mâle de la grenouille… On les distinguera au premier coup d’œil par la différence de peau, celle de la grenouille est lisse quand celle de la rainette semble gluante et celle du crapaud sèche et pleine de verrues.

 

Une centaine de décibels

 

Chaque espèce ayant son propre chant, cela permet à la femelle de ne pas se diriger vers d’autres mâles. Ainsi, par exemple, la rainette verte émet une répétition de coassements rapides quand sa cousine la rainette méridionale chante d’un coassement unique et long répété avec lenteur. Les grenouilles chantent la bouche fermée émettant le bruit grâce  aux sacs vocaux qu’elles gonflent autour de leur gorge. Le son peut alors monter à une centaine de décibels et être  entendu jusqu’à un kilomètre.

La grenouille est classée aujourd’hui parmi les nouveaux animaux de compagnie (NAC), certains agrémentant leurs bassins de quelques amphibiens. Au grand dam des voisins, qui parfois n’en peuvent plus de supporter leurs coassements. Mais depuis quand leur tintamarre ne pourrait couvrir la mare ?

 

Chronique réalisée en collaboration avec le Mag de Sud Ouest. http://www.sudouest.fr/lemag/

Crédit photo : JillHeyer

Alexandre Marsat

Voir son profil