Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

Mesdames, travailler avec des hommes serait dangereux ! C’est la science qui le dit

Travailler avec des hommes serait dangereux ! C’est la science qui le dit

Ah l’éternelle bataille fille-garçon ! Pendant toute notre scolarité, on a vécu les bons stéréotypes sociaux.

Vive le monde du travail pour cela soit fini. Enfin de la mixité ! (on n’a pas dit égalité, hein !).
Eh bien non, finalement quelques chercheurs nous font le coup de l’opposition hommes-femmes. Les femmes travailleraient mieux seules. Par "seules", il faut entendre « sans trop de présence masculine ». Évidement depuis le pêché originel, on croit que quand on met les deux ensemble, cela fait des étincelles. Ah, ça va être compliqué de sortir des préjugés.



L’étude en question a été réalisée par des chercheurs de l’Université d’Indiana. Ils révèlent qu’il est dangereux pour la santé de travailler avec trop d’hommes quand on est une femme. Pourquoi ?
Bah… parce que les hommes sont des boules de testostérones et communiquent leur stress ? Tout juste.
Eh oui, c’est incroyable. Les scientifiques ont mesuré le taux de l’hormone du stress, le cortisol, auprès de 440 femmes qui travaillent dans un environnement à 85% masculin. Ils ont démontré que « les femmes dans les professions à prédominance masculine affichent des niveaux de cortisol moins sains et plus perturbés au cours de la journée. Or des irrégularités de cortisol sont associées à un risque plus élevé de problèmes de santé ».
Ou comment balayer toutes les campagnes qui tentent d’attirer les femmes vers les métiers à majorité masculine sans raison : informatique, sciences, industries, ingénierie…

Allez pour rigoler : demandons-nous pourquoi les femmes sont nulles en maths ? Vous trouverez ici l’explication. Morceau choisis : Selon le célèbre médecin, anatomiste et anthropologue girondin Paul Broca qui explique que l’homme a un plus gros cerveau : « la petitesse relative du cerveau de la femme dépend à la fois de son infériorité physique et de son infériorité intellectuelle ».
Bon ça, ça date de 1861. Entre temps, d’autres anthropologues et sociologues sont passés par là pour rappeler la force des stéréotypes sociaux : plus on donnera pour vrai un fait, plus on y croira et, plus on s’orientera vers celui-ci.
Et pour cette étude des femmes au travail, il faudra combien de temps ?

 

Crédit photo : Zak Suhar