Votre version d'internet explorer est obsolette, veuillez mettre votre navigateur à jour pour accéder à ce site.

Mettre à jour

#EtaleTaScience : Pourquoi est-il plus fatiguant de rester debout que de marcher ?

Avec la rentrée, fini de se prélasser. C’est le retour de l’attente. Debout. A la cantine, devant le bus, à La Poste… Et c’est fatiguant. Tellement épuisant qu’il est plus reposant de marcher que de rester debout sans rien faire. Étrange ?

Pas tant que cela. Rester debout sans bouger fait appel à de nombreux muscles pour rester en équilibre. Le poids du corps pèse sur lui-même et sur les articulations, c’est à dire qu’une partie supérieure appuie sur celle d’en dessous. Et ainsi de suite jusqu’aux jambes et pieds qui subissent la plus forte pression.
Les muscles dits de « posture » de la partie inférieure (jambe) notamment les mollets sont sollicités pour garder l’équilibre.

Mais surtout en restant debout, donc presque immobile, le sang descend (par simple gravité). Or il doit circuler dans tout le corps. Le cœur joue bien entendu la fonction de pompe mais il n’est pas assez puissant pour une circulation habituelle. Alors, la pression artérielle diminue et le sang est moins oxygéné par les poumons.
La fatigue est là.

A l’inverse quand on marche, toute la machine se remet en route. En bougeant, on fait circuler le sang et le cœur bat plus vite avec cet effort, ce qui améliore son effet pompe. Côté jambe, en alternant par définition la pose d’un pied après l’autre pendant la marche, la pression et l’effort sont divisés par deux. CQFD.

 

Crédits photos : Jon Ottosson

Alexandre Marsat

Voir son profil